Le mot du Maire

Bienvenue sur le site de la commune de Chenicourt, j'espère qu'il répondra à vos attentes et vous donnera toutes satisfactions.

Chantal Chery
Maire de Chenicourt

Qui est en ligne ?

Nous avons 30 visiteurs en ligne

Evénements à suivre...

NOEVENTS

Votre chemin sur le site

Accueil Présentation Scolaire L’école d’hier, d’aujourd’hui et de demain

La Mairie

Mairie de Chenicourt
12 Grande Rue
54610 CHENICOURT
France

TĂ©l : 03 83 31 38 65
mairie-de-chenicourt@wanadoo.fr

 

Horaires d'ouvertures :

Mardi : de 9h00 Ă  12h00
Vendredi : de 15h30 Ă  18h30
Samedi semaine paire : de 10h00 Ă  12h00
Samedi semaine impaire : FERME

17

FĂ©v

L’école d’hier, d’aujourd’hui et de demain

A Chenicourt c’est bien connu, il n’y a pas d’école. Les enfants ne peuvent pas y aller à pieds. Ils prennent le bus, pour les plus de 3 ans, dans les autres cas les parents sont de corvée. Normalement, pour nos bambins, quatre jours par semaine, ils prennent la direction de Nomeny, bien que quelques un se soient éparpillés dans d’autres lieux.


Il y a bien longtemps l’école a existé dans notre commune. En se replongeant dans les archives on découvre que c’est en 1707 que le premier régent d’école, le Sieur Pierre MORTAL, (de nos jours on dit professeur des écoles) a été nommé à Chenicourt.

Deux siècles et demi plus tard, le Conseil Municipal accepte la fermeture de l’école primaire. Cette fermeture a fait suite au départ en retraite de l’instituteur bien connu que fut Monsieur LEFUMEUX et à qui nous avons rendu hommage en baptisant « espace LEFUMEUX » l’ensemble immobilier composé de la salle de fêtes.


Le 8 mai 1968, l’inspecteur départemental de l’enseignement primaire par courrier confirme de précédentes discussions et notamment qu’il est favorable à la fermeture de l’école, que les « élèves iront à Nomeny, prendront le repas de midi à la cantine, le trajet du reste n’est pas long » indique-t-il. Il demande en outre une délibération autorisant la fermeture l’école.

 


Le 20 mai 1968, le Conseil Municipal prend la délibération suivante :

« Le Conseil Municipal bien que l’effectif soit inférieur à 15 élèves et que dans les années à venir il n’y a pas lieu de craindre une augmentation de ce même effectif n’accepte pas que soit fermée l’école de CHENICOURT ».

 

Le 4 juillet 1968, le Conseil Municipal prend la délibération suivante :

« Le Conseil Municipal considérant que l’effectif scolaire est inférieur à 15 élèves et que dans les années à venir il n’y a pas lieu de craindre une augmentation de ce même effectif, accepte que soit fermée l’école mixte à classe unique de CHENICOURT.

Sous réserve que l’autobus contourne la place du monument et s’arrête à l’aller comme au retour, devant l’entrée de la salle du foyer, située sur cette place, qui servira d’abris aux élèves. Ceci afin de prévenir les accidents. L’abri réservé aux voyageurs est situé en bordure de la Nationale 413. Celle-ci passablement fréquentée paraît dangereuse pour de jeunes ».

 

En 2011, presque un demi siècle après cette décision, en apparence rien n’a changé. En effet, il n’y plus d’école, le bus passe matin et soir, les parents font des allers et retours …

Il s’agit bien d’une apparence, car administrativement nombre de changements sont intervenus. Le Syndicat Intercommunal Scolaire de NOMENY (SIS), la Communauté de Seille et Mauchère ou encore les Communes, le Conseil Général se partagent les rôles dans la gestion de la scolarité de nos enfants, le transport, la cantine ou l’accueil périscolaire.

Les compétences de chacun sont définies, limitées, écrites, je ne vais pas en faire une description complète pour être sûr que vous lisiez cet article jusqu’au bout.

Désormais, les décisions scolaires se prennent à plusieurs (22 communes pour le SIS, 40 communes pour le Comm comm…), avec parfois des divergences dans la façon de faire, ou dans le rôle que chacun doit avoir, mais toujours dans l’esprit de faire mieux et bien pour nos enfants.

Aujourd’hui, nous construisons les écoles de demain au sens propre (l’école maternelle sort de terre) comme au sens figuré, en effet plusieurs projets sont en réflexion et sont avancés dans leur déroulement.

Ainsi dans les années à venir la répartition des élèves sur le territoire de la Comm Comm va être modifiée, à CHENICOURT, ils iront à l’école de JEANDELAINCOURT, ainsi en a-t-il été décidé par nos élus lors de l’élaboration et le vote du projet de « Maillage scolaire » ; un nouveau complexe sortira de terre pour l’occasion.
Les investissements sont importants mais ils sont nécessaires pour les générations à venir. Le coût est supporté par les communes et donc par nous tous habitants de la commune. Pour cette raison il est important que les nouveaux équipements accueillent le plus grand nombre d’enfants du territoire et que nous ne perdions pas de classe par manque d’effectifs. Rappelons que la proximité des écoles, leurs cantines et garderies permettent un service de qualité et évitent quoi qu’on en dise de long transport. Rappelons encore que le fait qu’un élève quitte le territoire pour être scolarisé ailleurs génère des coûts supplémentaires et des contraintes importantes. En effet, l’école d’accueil demandera le remboursement des coûts pédagogiques au SIS et donc à la commune où est domiciliée l’élève, parfois il suffit d’un élève pour ne pas fermer une classe, enfin les investissements réalisés actuellement et dans les années futures seront d’autant plus lourd à supporter s’il y a moins d’élèves que prévu.

Que sera l’école de demain, je ne sais pas, tous les investissements sont rationnalisés, les ouvertures de classe sont plus rares que les fermetures…ce que j’espère c’est que nos enfants resteront scolarisés dans un rayon de 6 kilomètres comme il a été décidé en 1968 et qu’ils ne seront pas obligés, dans un demi siècle, d’aller sur Nancy ou Pont à Mousson.